Une arme dans la tête

Publié le par CapOcapesDoc

Une arme dans la tête

Une arme dans la tête

Claire Mazard

Flammarion - collection Tribal - Septembre 2014

Résumé (communiqué de presse Flammarion) : Comment un jeune adolescent, enfant-soldat recruté de force, retrouve un sens à sa vie. 

Apollinaire est un jeune adolescent africain recueilli dans un foyer en région parisienne. Enfant, il a été enlevé à sa famille pour devenir enfant-soldat au service de groupes militaires rebelles dans un pays africain dont on ignore le nom. Drogué, manipulé, il se souvient de ces moments d'extrême violence dont il se grisait. Il est hanté par le souvenir de Wamba, son meilleur ami, tué par le chef parce qu'il était trop faible. Le jeune homme aujourd'hui en sécurité ressasse son passé et tente de se reconstruire. De belles rencontres lui redonneront espoir.

Thèmes : guerre/conflit - enfant-soldat - reconstruction de soi - quête identitaire

Mon avis : Le thème des enfants-soldats est un sujet difficile, peu présent en littérature jeunesse. Claire Mazard propose ici un roman très fort. C'est écrit de façon juste. Au départ, le style est hâché : les phrases sont courtes, cela donne du rythme au récit, de la rapidité. Cela retranscrit aussi l'état d'esprit d'Apollinaire-Conan l'Effaceur qui ressent de la terreur, de la culpabilité. Certaines phrases sont répétées une fois, deux fois, plusieurs fois, comme un leit motiv, une insistance : le héros se remémore sans cesse les scènes violentes qu'il a vécues, il est hanté par son passé. Claire Mazard évoque le quotidien de l'enfant-soldat, son enrôlement dans les troupes rebelles (les méthodes de recrutement), la naïveté des enfants pris en otage dans le monde des armes. Entre les flashbacks en Afrique, moments très durs et forts, et le quotidien fragile à Paris puis peu à peu structuré à Pontarlier, nous vivons les doutes et les lueurs d'espoir d'Apollinaire. Les souvenirs sont durs pour le jeune ado et poignants pour nous. L'introduction du monde de la poésie est très bien vu, avec les textes du poète Apollinaire et son recueil Alcools. Les comparaisons sont bien trouvées et justes, que ça soit en début (état d'esprit plutôt noir, morose, atroce) ou en fin de roman (un peu plus d'espoir, de lumière...). L'évasion par le monde de la photographie est également bénéfique pour le jeune héros, qui va aspirer à un retour à la vie "normale". La fin du roman est horrible et prend aux tripes avec les délivrances des deux ados - je me sentais mal à la lecture de ces phrases. La toute fin est une lueur d'espoir de reconstruction. Ce roman n'est pas réjouissant mais c'est un texte optimiste, malgré tout ce n'est pas le sort de tous les enfants-soldats : combien peuvent réellement s'en sortir ? Ce livre - pour les plus grands surtout - permet d'aborder une thématique peu traitée qui doit rappeler que nous avons la chance de vivre dans un pays libre et en paix. Petite erreur dans le texte : on ne dit plus la DDASS depuis 2010, mais l'ASE.

 

Je remercie Babelio et son opération Masse critique jeunesse du mois d'octobre ainsi que les éditions Flammarion et Brigitte Gautrand du service press, pour la découverte de ce roman.

Publié dans Romans

Commenter cet article