Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog de professeur-documentaliste, activités en collège et littérature jeunesse

Cap! ô Capes Doc

Les jeunes ne lisent pas? les adultes non plus...

      A lire sur Le Monde (édition du 30 janvier 2009), une interview de l'auteure Danièle Sallenave, après la parution de son dernier roman Nous, on n'aime pas lire (Editions Gallimard, Collection Blanche, Janvier 2009).

      Dans cet ouvrage, l'auteure raconte son expérience : elle s'est rendue plusieurs fois en 2008 dans un collège "ambition réussite", pour voir si elle pouvait aider les professeurs à donner aux élèves le goût des livres et de la lecture...

      Dans l'interview, Danièle Sallenave commence son propos par : "Les écrivains morts ne sont pas dans leur tombe, ils sont dans leurs livres. Et les livres sont vivants. Ceux d'hier tout autant. Voilà ce qu'il faut dire aux élèves". Puis elle s'interroge sur la relation à la lecture dans la société, et se pose les questions suivantes : "comment transmettre le meilleur au plus grand nombre ? Et surtout : comment faire que les hommes soient plus instruits, plus performants, mais surtout plus justes et plus humains ?". La transmission est méprisée et on apporte beaucoup plus de valeurs à la consommation et aux valeurs marchandes qu'à la transmission des valeurs, du patrimoine, de la culture. Il faut "offrir à chacun cette occasion unique d'être soi que donne la fréquentation des grands livres. D'être soi et d'être au monde." Le problème chez les jeunes qui ne lisent pas, c'est l'apprentissage mais aussi la pratique de la lecture. C'est à la fois une question scolaire et une question sociale. Mais le problème de la relation livres/jeunes n'est pas si flagrant je pense car il ne s'est jamais autant vendus de livres que ces derniers mois et la littérature jeunesse est riche et foisonnante. Enfin, elle termine l'interview en évoquant la formation des enseignants : "Alors on assomme les enseignants de directives pédagogiques pour pallier l'insuffisance de leurs connaissances, et on multiplie dans les classes les intervenants extérieurs". Les enseignants vont devenir de plus en plus spécialisés et moins généralistes, et plus encore avec la masterisation et la suppression des IUFM...

     Alors, pour conclure, le goût de la lecture s'entretient. La lecture forme la jeunesse ! La lecture est le travail de l'école, des parents, de la presse, des auteurs, des libraires, des bibliothécaires, des profs-docs.
Jeunes ou moins jeunes, lisez !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article