Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte

Publié le par CapOcapesDoc

Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte

Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte

Annet Huizing

Syros - 2016

Présentation de l'éditeur (quatrième de couverture) 

« Le lecteur doit vivre ce que tu vis », avait dit Lidwine. Mais qu’est-ce que je vivais au juste ? J’avais pas l’air maligne avec mon rêve de devenir écrivaine. Et là, une idée m’est venue. J’allais raconter comment Dirkje était entrée dans notre vie. J’ai ouvert mon ordinateur portable et j’ai retroussé mes manches. Mais mes doigts sont restés immobiles sur le clavier. Avant d’en venir à Dirkje, il faudrait d’abord que j’écrive que ma mère n’est plus là, et que je parle de mon père et de Kalle, de notre maison et du fait qu’on ne mange jamais à table. Je devais commencer par le commencement. Mais où commençait le commencement ? Il était une fois une fille à Hilversum ?

Présentation de Ricochet :

Katinka, 13 ans, passe le plus clair de son temps chez sa voisine Lidwine, romancière. En échange d'un coup de main dans son jardin, l'écrivaine, plutôt sympathique, relit les premiers écrits de l'adolescente. Passionnée, cette dernière couche sur le papier certains épisodes marquants de son existence : la mort de sa mère, son premier jour d'école, puis l'irruption de Dirkje, la nouvelle copine de son père. De fil en aiguille, l'exercice débouche sur un roman autobiographique. Si ce travail a un effet libérateur indéniable, il est aussi très exigent pour la jeune fille qui doit faire face aux remarques et corrections de son mentor. De cet atelier d'écriture naît une solide amitié entre ces femmes de génération différente qui partagent désormais une passion commune pour la magie des mots. 

Un roman d'Annet Huizing dont on salue la justesse de ton, porté par des personnages attachants (une jeune héroïne responsable de sa famille, un père qui peine à se relever de son deuil et qui boit de la bière dès le matin et une écrivaine marginale au grand cœur). 

Ces leçons d'écriture - en gras dans le roman - s'apparentent à de véritables leçons de vie. L'auteure néerlandaise n'oublie cependant pas d'aborder l'aspect technique du métier d'écrivain en dispensant des conseils pratiques et utiles pour celles et ceux (adolescents et adultes) qui caressent l'envie de se lancer un jour à l'assaut de la page blanche.

Mon avis :

J'ai vraiment beaucoup aimé ! Les personnages sont attachants, les conseils d'écriture ne sont pas pesants, car c'est un mélange entre les échanges entre l'auteure (dans le roman) et la jeune ado qui souhaite devenir auteure et ce que la jeune ado va écrire, et aussi avec ce qu'elle vit ! C'est émouvant, par ce qui vit l'adolescente, c'est drôle, par les situations cocasses, c'est inspirant car cela donne envie d'écrire ! Une très belle lecture ! 

Publié dans Romans

Partager cet article

Repost 0

Octobre au collège

Publié le par CapOcapesDoc

Avec un peu de retard, le bilan de ce mois d'octobre, court en raison des vacances de la Toussaint. 

Ce mois-ci, j'ai : 

- enregistré les dernières nouveautés de l'année

- quasiment terminé les séances d'IRD avec les 6èmes

- présenté le magazine Papillote ainsi que les documentaires sur la cuisine aux élèves de 4ème Segpa qui ont un atelier HAS

- fait un exercice alerte intrusion avec une classe de 6ème

- distribué les premières lettres de rappel pour les emprunts

- fait la séance de présentation du Prix Nénuphar à la classe de 6ème Segpa et aux élèves d'ULIS

- fait la séance de présentation du Prix Littéraire de la Citoyenneté à une autre classe de 6ème

- fait quelques séances pour le Club Journal et le Club Lecture-Manga : mais peu d'élèves disponibles et intéressés... 

- préparé mon dossier d'inspection et ma séance, car je me suis faite inspectée le 4 novembre (et tout s'est bien passé)

Partager cet article

Repost 0

Le complexe du papillon

Publié le par CapOcapesDoc

Le complexe du papillon

Le complexe du papillon

Annelise Heurtier

Casterman - 2016

Quatrième de couverture

J’ai ôté mes vêtements sans cesser de fixer le miroir et les larmes me sont montées aux yeux.
Comment un garçon tel que Jim se laisserait séduire par si peu de grâce, de personnalité ?
Louison a tort. Aucune robe ne réussira jamais à donner l’illusion que je suis devenue papillon.
Tout simplement parce que je ne suis pas un papillon.
Je suis une chenille flanquée de deux énormes cuisses.
Tout doucement, sans s’en rendre compte, Mathilde va tenter de devenir papillon, quitte à se mettre en danger…

Mon avis :

J'avais adoré Refuges et Sweet Sixteen, j'en attendais donc beaucoup de celui-ci...

L'histoire traite d'un sujet actuel, celui de l'anorexie, et en partie liée au culte de la minceur. L'héroïne adolescente, sportive, a priori bien dans sa peau, bascule dans ce monde. Elle pense qu'elle est trop grosse, car ses cuisses n'ont pas le fameux "thigh gap" (un écart entre les cuisses qui est apparemment LE diktat de la beauté aujourd’hui).

Le roman est un peu long à se mettre en place, mais est assez court, se lit vite, et on voit très rapidement l'engrenage se mettre en marche, et voir la descente aux enfers. Le roman renvoie à la réalité, celle de la période de l'adolescence difficile et accentuée par ce que nous renvoie les médias à propos de l'idéal en matière de beauté.... 

Finalement, ce n'est pas un coup de coeur, mais c'est un roman sensible, émouvant, qui touchera principalement les jeunes filles.

Publié dans Romans

Partager cet article

Repost 0

Ma fugue chez moi

Publié le par CapOcapesDoc

Ma fugue chez moi

Ma fugue chez moi

Coline Pierré

Le Rouergue - 2016

Présentation de l'éditeur : Quelques jours avant Noël, suite à une séance d’humiliation au collège, et à l’annonce que sa mère, une fois de plus, ne sera pas là pour les fêtes, Anouk décide de fuguer. Mais après une demi-journée dehors, elle rentre… et va se cacher dans le grenier. Clandestine chez elle pendant deux semaines, elle va finir par renouer avec les siens, le temps que chacun dise son inquiétude et son amour. Un roman au sujet original, pour les jeunes adolescents.

Mon avis : Quelle belle idée étonnante ! L'héroïne ressent un mal-être au collège et souffre de l'absence de sa mère, elle décide donc de fuguer, mais se rend vite compte que ce n'est pas si simple que ça... alors, elle va se réfugier chez elle, dans le grenier au-dessus de sa chambre, d'où elle entend ce qui se passe dans la maison, pur savoir quand la voie est libre, afin de se doucher ou de se ravitailler. Mais tout cela doit se faire sans que personne, ni son père, ni sa petite soeur, ne s'en rende compte... En lisant ce livre, on ressent la détresse de la jeune fille, on s'attache à elle car elle est débrouillarde et qu'on vit les émotions en même temps qu'elle. La narration à la première personne renforce le côté réflexif de la situation. L'histoire est néanmoins pleine de moments d'humour, de situations cocasses. On passe un non moment de lecture. Cependant, la fin est trop belle : ce la se finit bien pour tout le monde. Très belle couverture. 

Publié dans Romans

Partager cet article

Repost 0

Lou !, tome 7 : La cabane

Publié le par CapOcapesDoc

Lou !, tome 7 : La cabane

Lou, tome 7 : La cabane

Julien Neel

Glénat - octobre 2016

Résumé : Retour aux sources...

Pour les vacances, Lou a décidé d’emmener ses copines sur la terre de ses ancêtres : à Mortebouse, où la 4G est inexistante ! Le lieu idéal pour s’affranchir des choses superficielles du monde moderne et entrer en communion avec la nature, il paraît que c’est super tendance. L’occasion de revoir Paul, aussi... Point d’orgue de ce programme « retour aux sources » : la construction d’une cabane, sur le terrain de la grand-mère de Lou.

Mon avis :  4 ans ! 4 ans pour lire enfin ce tome des aventures de Lou ! Et que cela fait du bien ! On comprend assez vite que cet album est un flashback. En fait, le tome 7 est ce qui se passe avant le mystérieux âge de cristal du tome 6... Lou part à la campagne avec ses amis, sa mère et son petit frère. Les adolescents décident de construire une cabane, perché dans un arbre. On retrouve bien l'univers des premiers tomes de la série, et ça fait du bien ! Le texte et les dessins sont, dans les premières planches, assez gros, mais au fil des page,s ils deviennent plus fins, plus petits, avec plein de détails. Les illustrations et les couleurs sont magnifiques ! Quelles planches vers la fin ! Cela valait vraiment le coup d'attendre ! C'est un peu nostalgique finalement. La fin du tome 7 nous reconduit vers le tome 6 et nous promet un tome 8 plein de suspense et d'explications ! Mais le prochain épisode sera malheureusement le dernier de la série...

Publié dans BD

Partager cet article

Repost 0

Odd et les géants de glace

Publié le par CapOcapesDoc

Odd et les géants de glace

Odd et les géants de glace

Neil Gaiman - illustrations de Brett Hellquist

Albin Michel Jeunesse (Wiz) - 2010

Résumé : Dans un village nordique isolé, vit Odd, douze ans, un garçon à qui la chance ne sourit guère : son père n’est jamais revenu d’une expédition viking, et un arbre a écrasé sa jambe, le laissant boiteux. Cette année, l’hiver glacial ne se termine pas, rendant les villageois bougons et méfiants. Un aigle, un ours et un renard apprennent à Odd pourquoi l’hiver a envahi le pays : les géants de glace l’ont givré. Seul un garçon très spécial, malin, optimiste et à l’éternel sourire serait en mesure de ramener l’ordre chez les dieux, et la chaleur chez les hommes…

Mon avis : Décidément, la fantasy, ce n'est pas ce que je préfère en littérature. Mais c'est une lecture qui est quand même plaisante. Commençons par la couverture. Elle est magnifique ainsi que les dessins à l'intérieur. J'ai trouvé que l'histoire mettait du temps à démarrer et à se mettre en place. Mais le récit est court et rythmé, ce qui fait qu'on lit le livre très rapidement. L'univers est rêveur, le décor lumineux : la neige, les reflets de la glace, les couleurs de l'arc-en-ciel. C'est un conte initiatique classique, mais tout de même agréable à lire. Il y a de l'action, des émotions et un peu d'humour. 

Publié dans Romans

Partager cet article

Repost 0

Os court !

Publié le par CapOcapesDoc

Os court !

Os court !
Jean-Luc Fromental (auteur) et Joëlle Jolivet (illustrateur)
Hélium Editions - 2015

Résumé : Le détective Sherlos Hosme, pipe au bec et casquette vissée sur la tête, mène l'enquête à Ostendre (1’275 âmes et 270'300 os). Depuis quelque temps, une affreuse chose rouge et velue s'attaque à l'ossature même des habitants du bourg, leur dérobant tibias, humérus et péronés. Le célèbre enquêteur, tout en prêtant une oreille distraite aux dires des victimes, comptabilise soigneusement le nombre d'os disparus. Arrivé à la conclusion qu'il ne manque que l'astragale pour composer un squelette entier, le fin limier dépose le minuscule os pour piéger « l'ogre bestial ». Elémentaire mon cher Watson ! Sherlos savoure sa victoire en compagnie de son fidèle compagnon, le fringuant docteur Watsos (retrouvé par hasard) et du bon Fidos de Baskerville. 

Mon avis : Voici une enquête policière très drôle. Des rimes, des jeux de mots, une chute inattendue. Un beau jeu de couleurs pour les illustrations. Parfait pour Halloween ;) Le verso de la jaquette se déplie pour former un squelette et apprendre le nom des os du corps humain.

logo challenge albums 2015
Thème : titre évoquant des méchants (assassin, meurtrier, voleur, bandit, manipulateur, vampire, meurtre,...)

Thème : titre évoquant des méchants (assassin, meurtrier, voleur, bandit, manipulateur, vampire, meurtre,...)

Partager cet article

Repost 0

Moabi

Publié le par CapOcapesDoc

Moabi

Moabi

Mickaël El Fathi (textes et illustrations)

La Palissade - 2015

Résumé : Imaginez un arbre âgé de plusieurs millions d’années. Que nous raconterait-il ? Peut-être l’arrivée des dinosaures, le premier des oiseaux ou bien encore sa relation avec l’espèce humaine. Une fable écologique qui réconcilie deux vieux amis : l’Arbre et l’Homme.

Mon avis : Voici un très bel album, poétique et coloré. L'histoire est racontée avec des mots simples et sensibles, et les illustrations très colorées et vives nous transportent dans un univers étonnant. L'histoire, telle une fable, nous parle de la fragilité de l'écosystème de la forêt, et de la relation entre l'humain et la nature. En fin d'ouvrage, un petit documentaire d'un botaniste nous permet de comprendre un peu mieux cette espèce d'arbre qu'est le moabi. A lire et à regarder.

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost 0

Le maître des livres, tome 9

Publié le par CapOcapesDoc

Le maître des livres, tome 9

Le maître des livres, tome 9

Umiharu Shinohara

Komikku - 22 Septembre 2016

Présentation

Les destins continuent de se croiser à la bibliothèque pour enfants “La rose trémière”. La mère de la petite Chris, qui se sent perdue au Japon, va être bouleversée par un grand classique de la littérature et une femme travaillant à la bibliothèque municipale va faire une annonce qui va laisser tout le monde stupéfait.

Un neuvième tome riche en rebondissements où Miyamoto devra faire face à ses amis sans pitié et où les livres font une nouvelle fois ressortir les émotions les plus fortes ! 

Mon avis : J'ai eu moins de plaisir à lire ce tome... Peut-être n'étais-je pas complètement concentrée dans ma lecture ? En tout cas, toujours des références à la littérature et des anecdotes sur le travail des bibliothécaires. 

Tome 10 prévu le 8 décembre prochain !

Publié dans Mangas - Manhwas

Partager cet article

Repost 0

Le grand match

Publié le par CapOcapesDoc

Le grand match

Le grand match

Fred Bernard (texte) - Jean-François Martin (illustrations)

Albin Michel - 2015

Résumé

Dans un pays imaginaire, un régime totalitaire s’impose par la terreur, étouffant toute tentative de rébellion.
Volodia, Eugenio et les joueurs de l’ancienne Équipe Nationale de rugby doivent affronter celles des Aigles Frères, l’Équipe officielle du pouvoir. Sommés de se coucher, ils décident, malgré les risques de représailles et les menaces de mort, de gagner le dernier match, coûte que coûte. La rage au cœur.

Mon avis : Les illustrations dans les tons de noir et de sépia nous plongent dans le passé douloureux de la seconde guerre mondiale. Les drapeaux portant un symbole ressemblant fortement au svatiska nous rappellent encore pus cette atmosphère des dictatures et des régimes totalitaires. Le smilitaires sont présents, alors que des sportifs de haut niveau - des rugbymen - vont jouer le match tant attendu. Sport et pouvoir sont donc mêlés : le premier est instrumentalisé par le second.  Il est question ici donc de manipulation, de la montée du nationalisme mais aussi d'espoir et de courage. Un documentaire et un article de journal complètent le récit, puissant.

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>