Cent mille journées de prières, tomes 1 et 2

Publié le par CapOcapesDoc

Cent mille journées de prières

Scénario : Loo Hui Phang

Dessins : Michaël Sterckeman

Editions Futuropolis

 
 cent-mille-journees-de-prieres-1.gif  cent-mille-journees-de-prieres-2.gif

Tome 1 : mai 2011

 

Quatrième de couverture :

Louis a huit ans. Il vit avec sa mère, Laurence, dans une morne banlieue normande, au début des années quatre-vingt.

Enfant solitaire et contemplatif, Louis traîne sa différence comme un étrange fardeau : il est le seul Eurasien de son école, il ne connaît pas son père.

Revêtant divers visages dans les rêveries de Louis, celui du héros ou celui de l'assassin, ce dernier reste une énigme entêtante. Laurence, tourmentée par cette séparation, élude toute conversation à ce sujet. Pour tromper la solitude de son fils, elle lui offre un canari.

Peu à peu, un lien intime et étrange se tisse entre l'enfant et l'oiseau. Car Louis est persuadé que celui-ci les surveille, lui et sa mère, et qu'il connaît tous les secrets de la maison.

Tome 2 : avril 2012

 

Quatrième de couverture :

 

Lancé à la recherche de son père, Louis découvre l'histoire du pays où ses parents se sont aimés : le Cambodge. Peu à peu, l'enfant rassemble les fragments d'une mémoire refoulée, résout l'énigme de sa naissance et se confronte à l'immense tragédie que fut le génocide perpétré par les Khmers rouges.

 

A travers le regard de Louis s'expriment toutes les dimensions du drame cambodgien : cellui des victimes, celui des survivants, celui de la génération suivante, à jamais hantée par ses morts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis : Voilà une très bonne bande dessinée autobiographique (Louis est Loo Hui Phang) qui est émouvante. Elle nous parle de l'histoire du Cambodge sans tomber dans le dramatique. Une post face documentaire est ajoutée au tome 2 et nous permet d'en savoir un peu plus. Le point de départ de l'histoire est celle de la solitude d'un jeune enfant, qui ne connait pas ses origines. Peu à peu, avec lui et son canari - ou le souvenir de ce canari, on découvre le passé de la famille de l'enfant. C'est un récit intimiste et sensible que l'on découvre, les dessins sont fins et permettent de comprendre l'angoisse des personnages. A lire !!

 

Lire l'avis de Sceneario, celui de PlaneteBD, de Mo (Bak A BD).

 

Découvrir les 6 premières planches du tome 1.

 

Publié dans BD

Commenter cet article

Cristie 20/01/2013 17:14


C'est plus que tentant !

CapOcapesDoc 20/01/2013 18:00



oui, j'ai vraiment aimé !